Le blog à BB

Ma vie tout court

vendredi 29 juin

Je ne fais pas un métier facile ...

Déjà pour vous prévenir, si j'en entends un ou une qui rigole, CA VA BARDER !!!

Pour bien vous expliquer :
* La route en violet entre les deux villages s'est écroulée parce qu'il y a eu des travaux sur la Moselle, et que son niveau a été baissé d'environ deux mètres. Oui cela peut arriver !
* J'ai habité pendant une dizaine d'année dans le village de gauche (c'est là qu'il ne faut pas rire), mais dans sa partie basse. J'allais rarement en haut du village, mes amies vivant dans ma rue.

Le_Chemin_des_Russes_2
Cliquez sur l'image pour voir le plan en grand

Donc pour livrer le village à droite, je fois passer par la route longeant la Moselle, comme elle est écroulée, et que le "chemin des russes" le chemin en rouge était interdit sous peine d'une amende, nous étions obligées de faire un détour par le Luxembourg pour pouvoir faire nos livraisons de repas. Jusqu'à ce que le maire fasse un décret permettant aux gens d'emprunter le fameux chemin.

Mercredi, ma collègue me donne donc une copie du décret, et me dis que le chemin est praticable.

J'effectue donc mes livraisons, et au lieu de passer par le Luxembourg, je prend la direction du village, je monte la côte allègrement, je m'engage sur le chemin (Suivez le tracé en bleu marine). Il est pavé, étroit, des champs le borde ... cela ne va pas être facile, mais enfin, j'y arriverais .... que je me dis .... jusqu'à ce que ....
Le chemin pavé se transforme en chemin de terre, et avec la pluie ... la voiture part dans tout les sens, et elle patine, et elle glisse, et le cul chasse. Je n'en mène pas large au volant. Surtout ne pas m'arrêter, parce que là je suis foutue.
"Mais P'tain pourquoi je me suis engagée sur ce chemin là au lieu de m... ?"
Et j'ai pesté contre ma collègue, elle m'avait pourtant dis qu'il était praticable !!! Je ne pense pas qu'elle m'aurait envoyé au casse pipe .... ce n'est pas de sa faute, mais bien moi qui me suis gourée.
Et au volant, une folle qui hurle à chaque fois que la voiture glisse, à chaque fois qu'elle chasse. Mais qu'est-ce que j'ai pu crier !!!
Une biche passe ... Qu'elle est belle !!!
Le chemin monte.
Ne pas donner de coup de volant trop brusque ! Ne pas accélérer de trop ! Ne pas changer de vitesse ! Je suis en deuxième, j'y reste.
Et soudain le chemin bifurque sur la droite, l'autre village doit s'y trouver quelque part, mais où ?
Et puis la forêt.
Le chemin descend. A force de monter, il faut bien qu'il descende à un moment donné ou à un autre ... et puis mon chemin en croise un autre descendant sur la droite, et montant sur la gauche (oui je sais : si cela descend, ça monte aussi !). Alors je m'arrête. Je sais que je dois aller à droite, mais voilà, le virage est en épingle à cheveux ou presque.  En face les arbres, et je vois bien que cela descend aussi. Pourquoi je sais qu'il faut que j'aille à droite ? Mystères et boules de gomme ? Mais je le sais, c'est tout !

Je suis dans la gadoue, perdue au milieu du bois, les livraisons à faire, les gens qui m'attendent, et je ne sais pas comment je vais m'en sortir. Alors je coupe le moteur, j'éteins la radio, et mon coeur bat fort, trop fort ! Mais qu'est-ce que je fous là ?

Et puis je prend mon tél, et je tél à ma collègue, et je lui dis où je suis approximativement. Bien évidement elle comprend de suite que je me suis trompée, elle me gronde, c'est normal je pense. Elle me dis qu'elle va tél à son mari( en fait elle n'habite pas loin de là) et qu'il va venir me sortir de là. Je lui répond qu'il faut absolument trouver un tracteur, sinon l'autre voiture va se retrouvée embourbée aussi. Et je raccroche.
Heureusement qu'il y avait du réseau ...

Et j'attends, je regarde autour de moi. Mais pourquoi je ne connaissais pas le lieu ? Pourquoi que gamine je ne suis jamais venue me balader par là ? Alors qu'avec les copines nous faisions pas mal de ballade un peu partout aux alentours. Mais toujours vers le bas du village ! Pourquoi maman ne m'en a jamais parlé ? Et voilà que je me mets à la gronder elle aussi ... Alala !
Et puis je pense à mes gosses, à la démo, aux gens qui attendent la livraison.
Et puis je me dis que je ne vais pas attendre encore longtemps sans rien tenter moi même.

Alors je redémarre. Je tente une marche arrière, bien sur ça glisse. Mais pourquoi j'ai un peu moins peur ? Et pourtant ça glisse ! Marches arrières succèdent aux passages en première. Et ça patine ! Et ça ripe ! Et j'ai la trouille de tomber vers ce vide en face de moi ! Pourquoi vide ? Cela se peut que ce ne soit qu'une légère côte, et il y  a des arbres. Mais j'ai peur de me retrouvé coincée, la bagnole retournée, et que personne ne me retrouve. Et mes gosses après ?
Cela me bouste.
Allez ! Zou ! Marche arrière, même si ça patine, braque les roues, première, contre braquage, ça bouge, doucement, mais ça bouge. Et la boue qui vole dans tout les coins. Pauvre voiture va !
Je m'arrête un instant, je suis plus essoufflée que si j'avais parcouru un 100 mètres.
J'ouvre la portière, j'en ai fait un de ces trou !
Et je recommence, braquage, contre braquage, marche arrière, première, la boue, ça patine, ça en fait un de ces bruits.
Et le cul de la voiture qui se met à bouger. Au secours !!!
Et me voilà le cul vers l'arrière et l'avant juste comme il le faut.

Je ne sais pas si vous y croyez, mais j'ai remercié ma maman qui est tout là haut, ainsi que mes anges.

Maintenant, il s'agit de descendre. Et il y en a de ces trous ! Des ornières, j'opte pour tenter de restée avec les roues du  côté gauche de la voiture sur le milieu du chemin (là où il est le plus haut) et les autres roues sur le côté droit (aussi en hauteur).
Mais comment j'ai arrivé à prendre les bonnes décisions dans ces conditions de stress ?

Tout au bout, le chemin devenait un peu plus caillouteux. Heureusement, parce qu'il y avait une nouvelle épingle à prendre. Et puis il y avait de plus en plus de pierre.
Alors j'ai retél à ma collègue pour lui dire où je me trouvais, et que visiblement j'allais m'en sortir et qu'elle pouvait prévenir son mari. J'ai continué mon chemin tout en restant en ligne avec elle, jusqu'à ce que je sois sûre d'être sur le bonne route.
Y'avait pas de flic dans le coin, j'étais bonne pour le PV là !!!

J'ai continué ma tournée. Je n'avais pris qu'une demi heure de retard.

Posté par bbgrisou à 22:03 - Job - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    ouhaaaa trop chaud

    ouhaaaa j'aurai adoré faire cette méga balade avec toi je t'aurai motivée et rassurée au volant quel suspence j'adore ce genre de balade ca patine ca vibre de partout c super exitant alors si c une pilote comme toi qui conduit ouhaaaaa.
    On pourrai en parlé plus si tu veut email moi

    A+

    Posté par roro, mercredi 06 février à 16:55
  • J'ai bien rigolé, mais ça m'a aussi fatiguée...ça me rappelle un jour où je devais rejoindre à 12H le zhom qui menait un stage sur une piste 4x4...je me suis gourée de route aussi, j'ai pris la suivante et là je me suis retrouvée avec mon 4x4 à chevaucher des ornières qui m'auraient coincée la totalité des roues, de la boue aussi ...et bien dans ces cas là, je suis arrivée à faire demi-tour dans un mouchoir de poche , à redescendre, à appliquer les consignes de conduite souvent entendues en 4X4 et j'y suis arrivée car bien évidemment le tél ne passait pas même si le zhom se trouvait à 500m.....ce qui m'a motivée ? LA HONTE tout simplement, le fait que je n'arrivais pas à la joindre d'abord puis surtout de le voir arriver seul ou avec ses stagiaires pour me sortir de là, moi qui avait la voiture faite pour.....

    Posté par Willow, samedi 30 juin à 01:09
  • 24H chrono

    Dis donc, c'est pire qu'agent secret à la cellule anti-terroriste ton job

    Posté par dragibus, samedi 30 juin à 01:53
  • long chemin....

    ça prend beaucoup de courage ou d'humour pour aller au travail chez toi...bon we


    ly

    Posté par lady, samedi 30 juin à 03:58
  • J'ai bien lu jusqu'au bout. Sachant que tu as connu le sud , ses innondations et aléats climatiques tu étais prévenue des dangers que tu risquais de trouver. Je trouve que ton histoire mérite de te féliciter car tu as bien gardé l'idée de finir ton travail en pensant à ta survie et à ta famille qui compte sur toi.
    Ton patron peut être fier de toi, même si le véhicule devait passer par un grand lavage vu le terrain.
    Bravo.
    Toute mon amitié.
    Agnès.

    Posté par Gatolagu, samedi 30 juin à 07:43
  • je n'ai pas rigolé....juste de grands sourires )))))

    Posté par Pedro, samedi 30 juin à 11:18
  • pas rigolé du tout !!
    même un grand bravo, paske je sais pas si j'aurais gardé mon sang froid comme toi !!
    hip hip hip hourra pour toi !
    bises !

    Posté par cappuccine, samedi 30 juin à 13:03

Poster un commentaire